Notre mission :

Les Antennes de paix se proposent de

· capter et relayer les appels de populations aux prises avec des situations de violence et d’injustice, génératrices de conflits destructeurs voire meurtriers;

· faire mieux connaître les initiatives des artisanes et artisans de paix essentielles au devenir de ces communautés humaines : www.prixdupublicpaix.org

· utiliser les nouveaux médias pour contribuer à mieux faire connaître et aimer l’ensemble des peuples et des êtres humains :http://antennesdepaix.org/
et
www.24365p.org



22 décembre 2017

Joyeux Noël et Bonne Année 2018 !!

 



« La paix et la guerre commencent au foyer. Si vraiment nous voulons qu’il y ait la paix dans le monde, commençons par nous aimer les uns les autres au sein de nos propres familles. Si nous voulons semer la joie autour de nous, cherchons à ce que toute famille vive heureuse.»

Mère Teresa


A l’occasion de cette période des fêtes, nous vous souhaitons de vivre pleinement le bonheur d'être en famille, en harmonie avec celles et ceux qui vous entourent, autant dans le confort de votre foyer que de votre voisinage.

Puissions-nous vivre pleinement la rencontre avec toutes les personnes qui nous ressemblent et toutes celles qui nous ressemblent moins !

Que chaque rencontre soit l'occasion de manifester notre compassion et notre solidarité envers l'autre, qui n'est peut-être que le reflet de nous-mêmes. 


Que 2018 nous donne l’occasion de continuer à tisser des liens avec d’autres, nous permettant ainsi de nous reconnaître dans un mouvement plus grand qui soit nourrissant et source de fierté!

Pour Antennes de paix,

Ferdinand Djayerombe Vaweka
Président





4 décembre 2017

Journée d’étude sur la non-violence évangélique – une éthique de la paix




Date: 7 décembre, 08:30 - 16:30
Lieu: Faculté de théologie et de sciences religieuses de l’Université Laval
Adresse: Pavillon Félix-Antoine-Savard, local 813

La Journée d’étude « La non-violence évangélique – une éthique de la paix » fait partie des activités pour commémorer les 350 ans de l’enseignement de la théologie à Québec et elle est organisée conjointement par la Chaire de leadership en enseignement Marie-Fitzbach en pastorale et éthique sociales (Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval) et Pax Christi Montréal.

 

Présentation

 

Nous vivons dans un temps marqué par de terribles souffrances et injustices économiques. Dans ce contexte de violence normalisée et systémique, les Chrétiens sont appelés à reconnaître la concordance de la non-violence active à la vision et au message de Jésus, à la vie et à la pratique de l’Église catholique et à la vocation humaine universelle de guérison et de conciliation des personnes et de la planète. « En tant que chrétiens, nous savons que ce n’est qu’en considérant nos semblables comme des frères et sœurs que nous pourrons surmonter les guerres et les conflits… Ainsi, la réflexion pour relancer le parcours de la non-violence, et en particulier de la non-violence active, constitue également une contribution nécessaire et positive » (Pape François, Discours de bienvenue aux participants à la Conférence Non-violence et Paix juste, avril 2016, prononcé par le cardinal Peter Turkson).

L’Église est ainsi appelée à être un témoin vivant et à s’investir dans la promotion de la spiritualité et de la pratique de la non-violence active. En son temps, en proie à la violence structurelle, Jésus a proclamé un nouvel ordre non violent, enraciné dans l’amour inconditionnel de Dieu. Jésus a appelé ses disciples à aimer leurs ennemis (Mt 5,44), ce qui inclut le respect de l’image de Dieu dans toutes les personnes; à n’offrir aucune résistance violente à celui qui fait le mal (Mt 5,39); à devenir des artisans de paix; à pardonner et à être pleins de miséricorde (Mt 5-7). La paix du Christ n’est pas indifférence, neutralité ou compromis : suivre le Christ « implique de renoncer au mal, à l’égoïsme, et de choisir le bien, la vérité, la justice, y compris quand cela demande sacrifice et renoncement à ses propres intérêts ». (Pape François, Angélus, le 18 août 2013).

Le but de cette Journée d’étude est de proposer des réflexions sur la nécessité et l’urgence de s’engager pour une non-violence active et créative contre toutes les formes de violence. « Puisse la non-violence devenir le style caractéristique de nos décisions, de nos relations, de nos actions, de la politique sous toutes ses formes! » (Pape François, Message pour la Journée Mondiale de la Paix, 1er janvier 2017).

 

Informations

 

Nadia Elena Vacaru : Nadia-Elena.Vacaru@ftsr.ulaval.ca
ENTRÉE LIBRE
Université Laval
Pavillon Félix-Antoine-Savard, salle 813
www.ftsr.ulaval.ca



Programme


8h30 – 08h35: Mot d’introduction
Nadia-Elena Vacaru, Professeure adjointe, titulaire de la Chaire de leadership en enseignement Marie-Fitzbach en pastorale et éthique sociales

8h35 – 09h35
Pax Christi International : les origines, les grands dossiers, les approches et l’actualité de la campagne « Initiative catholique pour la non-violence »
Gisèle Turcot, Pax Christi Montréal

10h35 – 10h05
Confessions et réflexions dans une perspective « évangélique » et anabaptiste
David Miller, Professeur associé, Faculté de théologie et de sciences religieuses/ École de théologie évangélique du Québec, Université Laval

10h05 – 10h20 : PAUSE CAFÉ

10h20 – 11h20
De la non-violence à la résistance créatrice : lecture christologique du Dieu vaincu en Palestine
Anne Fortin, Professeure, Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval

11h20 – 11h50
La non-violence chez Martin Luther King Jr. comme théologie de libération et de réconciliation
Wend-Nongdo Justin Ilboudo, Étudiant au doctorat, Faculté de Droit, Université Laval

11h50 – 13h00 : DÎNER

13h00 – 13h30
La non-violence active comme outil de lutte de résistance pacifique en Afrique (Cas des mouvements citoyens en RDC)
Ferdinand Djayerombe Vaweka, Directeur Pax Christi Montréal

13h30 – 14h00
Éduquer à une anthropologie de la paix – Selon la spiritualité d’Ignace de Loyola
Marco Veilleux, Délégué à l’apostolat social et adjoint aux communications, Province jésuite du Canada français (GLC)

14h00 – 14h30
La réconciliation par pacte de sang négro-africain dans le diocèse de Kole
Basa Bovundvja, Étudiant au doctorat, Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval

14h30 – 14h45: PAUSE CAFÉ

14h45 – 15h05
La violence à coeur ouvert
Yvan Tessier, Étudiant au doctorat, Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval

15h05 – 15h25
Quand l’humain est au centre: la justice réparatrice comme pratique de la non-violence évangélique
Stéphane Bouchard, Étudiant au doctorat, Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval

15h25 – 15h55
Engagement solidaire et non-violence active pour le développement intégral de la personne humaine
Nadia-Elena Vacaru, Professeure adjointe, Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval

15h55 – 16h30
Synthèse de la Journée
Anne Fortin, Professeure, Faculté de théologie et de sciences religieuses, Université Laval

 

Affiche

 







16 novembre 2017

Double lancement avec Dominique Boisvert, Jeudi 23 novembre 19 h 30




Antennes de paix vous invite au lancement de deux nouveaux livres de Dominique Boisvert, membre de longue date de notre organisme. Avocat pendant 20 ans, Dominique Boisvert a mené une vie orientée vers la militance et l’engagement social. Cet automne, il signe deux ouvrages qui témoignent de son implication ainsi que de ses valeurs et vous convie à leur lancement : Nonviolence, une arme urgente et efficace (Écosociété, 2017) et En quoi je croîs, petit essai d’autobiographie spirituelle (Novalis, 2017).

Entrée libre

30 octobre 2017

Gregory Baum, théologien allié de Pax Christi



Gregory Baum est décédé à Montréal le mercredi 18 octobre 2017 à l’âge de 94 ans. Il laisse le témoignage d’un théologien passionné pour les défis que la justice sociale pose à tous les citoyens et en particulier aux croyants.
Pendant ses années d’enseignement théologique à St. Michael, à Toronto, il a donné son appui au groupe local de Pax Christi, alors engagé dans la lutte contre l’atterrissage des avions F 18 sur les territoires autochtones au nord du Québec.
Installé à Montréal depuis 1986 et enseignant au département de Sciences religieuses à l’Université McGill, Gregory Baum devient membre du comité de rédaction de la revue Relations. Il s’est intéressé à la fondation des Antennes de paix, un groupe affilié à Pax Christi depuis 2007, qui a pour mission de promouvoir une culture de la paix et réconciliation.
Sous son habile direction, Pax Christi Montréal a publié un ouvrage pour souligner le 50e anniversaire de l’encyclique de Jean XXIII : Pacem in terris  - Paix sur terre. Relecture engagée dans le Québec d’aujourd’hui (Novalis, 2013). Une quinzaine d’auteur-e-s y expriment leur perception de l’itinéraire parcouru sur autant de thèmes abordés par ce document ecclésial imprégné de la lecture des signes des temps, une approche théologique privilégiée par ce grand théologien. 
Auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages, Gregory Baum a dédié à la culture de la paix un chapitre de son livre Étonnante Église L’émergence du catholicisme solidaire. Il écrit (p. 148-149)

« Quel est le fondement doctrinal de la culture de la paix? À mon avis, c’est la découverte récente de la présence rédemptrice de Dieu dans l’ensemble de l’histoire et du devoir de solidarité universelle de l’Église, en commençant par les pauvres et les autres affligés.(…) L’évolution de l’enseignement de l’Église nous permet de penser le Dieu trinitaire comme un mystère de réconciliation qui est à l’œuvre dans le monde en appuyant la culture de la paix et le dialogue des civilisations. »
« Les signes des temps qui ont permis à Jean-Paul II de formuler cette interprétation audacieuse de la mission de l’Église sont, à mon avis, le risque imminent de la guerre, l’explosion possible d’une violence mondiale, l’affrontement meurtrier des civilisations. Dans le contexte historique actuel, qui révèle la vraie nature du péché humain, on ne peut être disciple de Jésus Christ sans pratiquer le dialogue, le pardon, la justice et la paix. »

Gisèle Turcot, sbc
Antennes de paix
(Photo : François Gloutnay, Présence)